En quoi consiste la nouvelle homologation WLTP ?

En vigueur depuis le 1er septembre 2018 pour tous les nouveaux modèles après une mise en place un an plus tôt, le cycle WLTP remplace le cycle NEDC qui a fait l’objet de nombreux critiques à cause de son manque de représentativité des conditions réelles d’utilisation. Plus réaliste, le nouveau cycle d’homologation WLTP entraine également ses lots de changements par rapport à l’ancien. En quoi consiste donc ce nouveau cycle d’homologation ?

Qu’est-ce que la norme WLTP ?

Il est toujours important de connaître les rejets de CO2 et les consommations en carburant ou en énergie d’un véhicule lors de son achat. Le nouveau cycle WLTP pour « Worldwide harmonized Light vehicles Test Procedure » ou « Procédure de test harmonisée mondiale pour véhicules légers » en français est un nouveau cycle d’homologation des consommations basé sur des cycles de roulages reproduisant de manière plus réaliste les conditions réelles d’usage d’un véhicule. Il s’agit d’un nouveau cycle d’homologation plus stricte et plus réaliste par lequel tous les véhicules aussi bien thermique qu’électrique devront passer avant de débarquer sur le marché.

En quoi le cycle WLTP consiste-t-il ?

Le cycle WLTP consiste en une série de tests, plus réaliste, avec une durée supérieure et une nouvelle épreuve routière plus proche des conditions réelles d’utilisations. Il prend en compte les options de nouveaux paramètres comme les poids, pouvant altérer ou modifier les performances. À l’image de l’ancien cycle NEDC, les tests se font toujours sur banc d’essai, mais les conditions de conduites sont plus dynamiques. Ce qui permet notamment de mieux calculer les valeurs des émissions et de consommations, contrairement à son prédécesseur. Si sur NEDC, la distance de conduite était seulement de 11 km, désormais elle se fait sur 23,25 km. Quant à la vitesse, la moyenne est passée à 46,5 km/h contre 34 km/h sur l’ancien. La vitesse maximale se veut également plus dynamique aujourd’hui en passant de 120 km/h sur NEDC à 131 km/h. La durée du test a également de 20 à 30 minutes.

Quels changements apporte-t-il par rapport à l’ancien ?

Les véhicules sont testés sur différent environnement pouvant avoir un effet sur la consommation. Ils sont désormais testés en milieu urbain, en campagne et sur autoroute. En termes de consommation en carburant ou en énergie pour les voitures électriques, le nouveau cycle WLTP devrait faire augmenter d’environ 20 % les chiffres des consommations et par conséquent ceux des émissions de CO2 également. Cette augmentation aura forcément un impact sur les malus écologiques qui devraient monter en flèche. À titre d’exemple, sur la norme NEDC, l’émission en CO2 d’une BMW X5 était estimée à 174 g, mais avec le nouveau cycle, celle-ci passe à 209 g. Si son malus écologique était estimé à un peu plus de 7300 euros sur NEDC, avec la norme WLTP, celui-ci devrait passer à 10 500 euros.

Crédit auto : pourquoi la LOA a plus de succès que la LLD ?
Renault Clio et Peugeot 208 : les deux voitures préférées des Français